La possibilité de pouvoir intégrer une grande école de commerce suite à une prépa est une opportunité à ne pas laisser passer pour nombre de raisons relatives à votre avenir professionnel. En effet, celui-ci sera grandement facilité en cas d’intégration d’une grande école de ce type : emploi quasiment garanti, un accès à tous les métiers de l’entreprise, des emplois bien rétribués, une fenêtre sur l’international, l’ouverture à la vie associative et la flamboyance de votre CV.

Un emploi quasiment garanti 

En premier lieu, il apparaît décisif de passer le concours école de commerce après une prépa école de commerce, en raison de l’ouverture quasi assuré sur un métier à l’issu de votre cursus : selon l’enquête menée en 2013 par la Conférence des Grandes Écoles, en 2012, 73,3% des managers diplômés de Grande École étaient recrutés en CDI moins de deux mois après leur réussite dans leur parcours supérieur. Cela est dû à la réputation prestigieuse de ces Grandes Écoles de Commerce telles que HEC, l’ESSEC, L’ESCP Europe, EM Lyon ou encore l’EDHEC.

Vers l’accès à tous les métiers de l’entreprise 

Deuxièmement, l’importance capitale de passer le concours école de commerce après une prépa école de commerce va vous permettre d’avoir tout le prisme des métiers dans votre viseur, une fois vos études parachevées. En effet, à l’issue de trois années de cursus – deux années de tronc commun généraliste plus une année de spécialisation -, la polyvalence acquise des étudiants leurs ouvre toute une possibilité en terme de choix de futurs métiers. Même s’ils sont spécialisés en ressources humaines, communication, logistique notamment, ces étudiants aboutis sont reconnus sur le marché du travail comme des futurs professionnels aux compétences élargies dotés d’une grande facilité d’adaptation.

Des emplois bien rétribués 

En outre, les étudiants sortis d’une Grande École de Commerce seront la plupart du temps recrutés en qualité de cadres ce qui assure déjà d’un bon bulletin de salaire au départ. En sachant qu’en cas d’orientation vers les secteurs de la finance ou de l’audit vous pourrez tabler sur un salaire initial de 35 000 à 40 000 euros par an.

Une fenêtre à l’international 

Fort de l’obligation de vivre au moins trois mois à l’étranger durant leur cursus, les étudiants ont donc un accès privilégié à l’international : ils y réalisent un stage afin de valider un échange avec une université, parfois aussi pour décrocher un double diplôme.

L’ouverture à la vie associative 

En parallèle d’études de prestige, les étudiants évoluent dans un univers naturellement tourné vers l’associatif, à commencer par le fameux BDE – Bureau Des Élèves – en charge notamment des week-ends d’intégrations et des soirées étudiantes. Mais, il existe également les associations humanitaires, artistiques ou sportives, les « junior entreprises » qui ne manquent pas de pimenter l’ambiance pour le plus grand bonheur de ses pensionnaires.

Vers un CV flamboyant 

En France, votre passage dans une Grande École de Commerce sera comme une étoile rayonnante au creux de votre CV puisque ces établissements supérieurs font l’unanimité en termes de prestige auprès des employeurs français. A la différence des anglo-saxons qui accordent plutôt leur crédit à l’expérience professionnelle, une telle ligne sur votre CV constitue en France un indéniable atout, gage de reconnaissance en terme de qualité de formation.

 

Catégories : Nouveautés